ஐ Les Harlem Hellfighters ; Max Brooks

 

 

  • Titre : Les Harlem Hellfighters
  • Auteur : Max Brooks
  • Editeur : Pierre de Taillac
  • Prix : 14.90€
  • 316 pages

Résumé ; « Une bande dessinée qui fait revivre les combats menés par les Harlem Hellfighters, des combattants noirs américains du 369e régiment d’infanterie qui s’illustrèrent par leur bravoure au cours de la Première Guerre mondiale. Première unité à franchir le Rhin en 1918, elle fut distinguée par la France par l’attribution de la Croix de guerre mais reste peu reconnue aux Etats-Unis. »

Un grand merci aux Editions Pierre de Taillac pour l’envoi de se comics. ❤

Mon avis ; Moi qui n’est pas pour habitude de lire quoi que ce soit sur l’histoire, et bien j’ai été ravie de pouvoir un découvrir une petite partie. Surtout avec un support différent ce qui est original.

Quand les Editions Pierre de Taillac mon proposé de recevoir cette ouvrage, j’ai été d’abord un peu réticente. Mais en lisant le résumé, puis le communiqué de presse, je me suis dis pourquoi pas, étant donné que je voulais me lancé dans des récits de guerre pour en savoir un peu plus. Et le faite que ce soit fait en forma BD est plutôt sympa.

On va d’abord trouvés des hommes, noirs, qui vont venir des quatre coins des Etat-Unis pour être enrôlés et on peut dire qu’ils sont remontés à bloc. On à les premiers contacts entre eux, les premiers affinités, mais également les premières ‘ bagarres ‘ ( Beh oui, ça reste des hommes, qui veulent montré qu’ils sont les plus forts ).

On va les retrouvé plus tard dans un camps d’entrainement, ou on va avoir aussi des affrontements entre soldats et gradés. On va aussi voir comment sont perçu les soldats noirs parmi les civils blanc. On peu le dire, qu’ils soient en armés, qu’ils défendent le pays ou non, les ‘ noirs ‘ sont rabaissés, humiliés et insultés allant jusqu’à recevoir des coups. Autrement dit, la ségrégation.

Dans l’armé, on peux aussi voir une différence entre les hommes blancs et ceux de couleurs. « Les uniformes étaient d’abord distribués aux Blancs. Et la plupart des troupes noires devaient s’entraîner avec leurs propres sapes. On donnait aux troupes blanches des armes à feu. Des Springfield flambant neufs, tout juste sortis de l’usine. Et nous on avait… des manches à balais. Il y avait une pénurie parce que le Ministère de la Guerre en donnait aux clubs privés de tir ! Le but étant d’aider les civils à améliorer leur habileté au tir, juste au cas où ils auraient à partir au combat. » Ce qui résume bien la chose.

Concernant les actions et bien comme depuis le début, on voit une différence entre les hommes. Peut importe leurs actions, ils ne seront jamais au même niveau que les hommes ‘ blancs ‘. Pour les civils, ils resteront inférieur à eux. On peut retenir que malgré cela, ce sont des hommes courageux, qui auront donnés de leurs personnes. Ils ont faits beaucoup de choses que certains hommes n’auraient pas réalisés.

Quoi qu’il en soit, j’ai beaucoup aimé en apprendre d’avantages sur les oubliés de la guerre. Parler d’une partie d’histoire qu’on ne connait pas forcément. Et le format de cet ouvrage nous permet de lire plus facilement un sujet qui n’est pas joyeux et qui est plus ou moins méconnu d’une grande partis.

Une Note ? 
★★★★

A bientôt, Jennifer

 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s