ஐ Pardon ; Erika Boyer

  • Titre : Pardon
  • Auteur : Erika Boyer
  • Éditeur : Auto-édité
  • Prix : 14.90€
  • Pages : 316

Résumé ; « Tandis que le monde évolue et que la jeunesse fait preuve d’une plus grande ouverture d’esprit qu’avant, il reste tout de même des sujets dont il ne faut pas parler, des tabous qui ne sont pas prêts à être brisés. Mais quand l’inceste cache un amour inconditionnel, que deux âmes ont simplement eu la malchance de ne pas naître dans les bons corps, n’est-il pas envisageable d’accepter l’inacceptable ?

Will ne prendra pas le risque, il préférera partir à 600 km de sa sœur plutôt que de potentiellement l’entraîner dans sa déchéance. Reste à savoir si « loin des yeux, loin du coeur » est une réalité ou bien un proverbe menteur, et si Sarah acceptera de perdre son frère dans ce sacrifice amoureux. »

« Je ne veux pas tourner la page. J’aime ce livre dont nous sommes les héros. »

Monavis ; Un sujet encore tabou de nos jours, mais qui est très bien traité.

J’ai découvert Erika et ses romans sur instagram, Notamment grâce à Fiona ( Laurapassage ) et Audrey ( Lunabookaddict ). J’ai d’abord été attirée par les couvertures de ses romans ( Superficielle Bonjour ! ), et ensuite par les résumés. Surtout pour son premier roman ( « Pardon » ), qui traite un sujet plutôt tabou ; L’inceste. C’est un sujet de roman qui est plutôt rare, parce que généralement on ne voit que des témoignages/reportages sur ce sujet.

Il y a quelques mois j’ai entendu parlé de « Forbidden » de Tabitha Suzuma ( Roman anglophone ), qui traite également d’inceste. Mais ne sachant pas lire en anglais, j’attendais donc sa sortie en VF ( Sortie maintenant depuis quelques mois ). Mais en attendant cette sortie, je m’étais plongé alors dans « Pardon ». Autant en profité non ? Un roman francophone avec un sujet tabou, on en a pas beaucoup !

Avant de commencer, vous l’aurez compris, parle d’inceste. D’amour entre un frère et sa sœur. Une histoire d’amour tabou, qui va à l’encontre de la nature. Et avant de continué, voici quelques mots de l’auteur ; « Il est important de rappeler qu’une relation incestueuse n’est pas illégale lorsqu’elle est consentie. Il ne faut pas confondre l’inceste avec un abus sexuel ou un viol incestueux, l’un est légal tandis que les autres sont punis par la loi, l’un est consenti tandis que les autres sont des actes criminels. Si l’inceste reste un sujet tabou dans notre société, il n’est cependant pas illégal » Ce genre d’amour, n’est pas illégale. Il est pour la plupart des gens, non morale. Mais pour moi, peut importe que l’on soit frère et sœur ou autre, tant que l’amour est là et consentie. L’auteur n’encourage en aucun cas l’inceste, mais ne le condamne pas non plus. Il faut le comprendre, et le respecter. Elle reste totalement neutre, ce qui rend le roman encore plus beau.

A ses 18 ans, Will a eu son baccalauréat. Il va donc prendre la décision de quitter son domicile ou il y vit avec sa mère et sa sœur, pour partir à 600 kilomètre de là. Au revoir sa Bretagne natale et Bonjour l’université de Bordeaux. Mais ce n’est pas pour la Fac qu’il est allé aussi loin, la raison en est bien plus profonde et plus sombre. Il est sur d’une seul chose ; S’éloigner le plus possible de sa sœur, quitte à couper toutes communication avec elle. Pourquoi ? Car ce qu’éprouve Will pour sa sœur, va bien au-delà de sentiments fraternelle. Will est tombé amoureuse de sa petite sœur. Ce n’est pas un simple désir, c’est belle et bien le véritable amour. Il voit en Sarah ( Prénom de sa sœur ) une jeune femme, et non pas une personne de sa famille, de son sang. L’intensité de ce qu’il ressent pour elle, l’a poussé à partir loin d’elle et il pense que ; Loin des yeux, Loin du cœur ! Il espère ainsi réduire à néant les sentiments qu’il éprouve et éteindre également la souffrance qu’il ressent. D’ailleurs, il est convaincu que cet amour est à sens unique. Il est inconcevable pour lui que sa sœur est les mêmes sentiments que lui à son égare.

Une fois arrivé sur Bordeaux, Will va se construire une nouvelle vie, avec une seconde famille et de nouveaux amis tous plus adorables les uns que les autres. Mais malgré un petit train train bien mené, Will ne peut effacé Sarah de sa mémoire, ni de son cœur. Un petit rien lui rappel sans cesse celle qu’il s’interdit d’aimer, mais à qui, non faute de mauvaise foi, son cœur appartient. Pas une seule fois, Will c’est dit que Sarah pouvait ressentir la même choses. Et si, du faite de cet éloignement, Sarah allait laissé son frère s’éloigner d’elle comme il l’a fait ?

Quand à Sarah, c’est une jeune femme de seize ans, qui ne comprend pas forcément la distance que son frère lui impose. Et de ça, elle en souffre beaucoup. Elle ne cessera d’essayer de le contacter, que ce soit par sms, par appel téléphonique, et même par lettres postales. Malgré cela, ses tentatives resterons malheureusement veines. Jusqu’au jour de ses dix-huit ans.. Là, elle en à marre, elle veut des réponses, elle veut retrouver son frère. Elle va donc débarquer à Bordeaux, s’inscrire à la Fac de là-bas et s’installer chez son frère quelques temps.

D’une certaine façon, l’auteur a su créer une histoire qui nous pousse à la réflexion qui suit un certain chemin. L’histoire est vrai, authentique, sans chichi. Elle ne va pas dans le jugement, elle raconte simplement l’histoire d’un homme amoureux, avec sa culpabilité et ses tracas. Elle reste dans une neutralité exceptionnelle, c’est ce que j’ai aimé. Elle ne donne pas son avis, on suit seulement les pensés ( un poil tumultueuses ) de Will.

Tout au long de ses études, Will va rencontrés différents personnes, différents étudiants, dont son meilleur amis, qui est un homme génial, qui est et sera la pour lui. Une jeune femme qui par la suite sera proche de lui. Mais aussi Achir, celui qui lui loue son logement, ainsi que son fille et sa fille. Achir, qui est de religion musulmane, est un homme adorable, qui va accueillir Will comme son fils. Malheureusement, il n’aura pas l’ouverture d’esprits que l’on pourrait avoir face à ce genre de situation. Puis, d’autres personnage feront leurs apparitions, ce qui créera différents avis, des différences d’opinions, mais toujours dans le respect de la chose. Ce que j’aimé aimé, c’est que Erika n’en fait jamais trop. Chaque personnages restera dans la tolérance et même si d’autres personnages n’accepte pas cette amour, il n’y a pas d’insultes ou autres, comme je l’es dis plus haut, le respect de la personne est là.

Nous entrons vraiment dans les pensées les plus profonde de Will. Des plus simples, aux plus compliquées. Qu’elles soient pures, ou impures. De la culpabilité qu’il ressent, à sa souffrance. Nous avons vues, et nous voyons tout l’amour qu’il porte à sa sœur. De comment elle est née, à maintenant. De comment il à compris que c’était le réel amour et pas seulement une lubie passagère. C’est un homme au cœur tendre. Un personnage attachant. Il est naturel, simple, gentil, en somme ; « Monsieur tout le monde ». J’ai  aussi beaucoup aimé son humanité et son respect, parce que dans le roman, Will est un jeune homme plutôt beau qui plait aux femmes, et pourtant il n’en jouera pas une seconde, dû à l’amour qu’il porte à une seule femme, sa sœur.

Je suis admirative de l’auteur. Elle a écrit son premier sur un sujet aussi tabou, aussi fort. Ecrire une romance basés sur des sentiments non conventionnels avec tant de neutralité et de justesse sans en faire de trop. C’est sublime. Avec ce roman, l’on peut voir que malgré l’amour tabou, et bien on ne pas s’opposer au destin. Mais c’est aussi s’exposés à des choix difficiles, aux jugement des autres, Will et Sarah devront faire face ensemble, et assumés ensemble. Je regrette juste une petite chose, c’est que l’on est pas vue plus de fois, la maman de Will et Sarah. Même si l’on sait que c’est une super maman, qui c’est sacrifiée pour ses enfants, qui aura tout fait pour eux et qui respecte le choix de chacun d’eux.

Pour Conclure : Une histoire sans clichés, sans jugements, traitée avec justesse. Un premier roman très réussi. Des personnages attachants, des sentiments réels, de l’amour. Un récit qui pousse à réfléchir sur le sens de « l’amour ». De plus, j’ai adorée la couverture, qui, vous l’a comprendrez si vous lisez cette histoire.

Une Note ?
★★★★

A bientôt, Jennifer

Publicités

Une réflexion sur “ஐ Pardon ; Erika Boyer

  1. En venant sur ton blog pour lire ta chronique, je ne m’attendais pas à en trouver une si longue ! Et je dis ça de manière positive, j’ai été agréablement surprise. J’ai pris beaucoup de plaisir à la lire et ça m’a rendu très heureuse de voir que tu avais apprécié cette histoire et que tu en disais tant de bien.
    Je te remercie sincèrement d’avoir pris le temps de me lire (merci à Audrey et Fiona aussi, du coup ♡) et je te remercie aussi pour cette belle chronique que j’apprécie énormément.

    Si tu as l’occasion de lire mes autres romans, j’espère qu’ils te plairont et que tu me donneras ton avis dessus ^^

    P.S. : Si tu as l’occasion de poster ton avis sur Amazon, cela m’aiderait beaucoup https://www.amazon.fr/Pardon-Erika-Boyer/dp/1520879326/ !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s